Growth Hacking ? Kezako ?

Growth Hacking ou « piratage de croissance » en français. Il est souvent défini comme une stratégie, un ensemble de technique marketing voire même un état d’esprit visant à trouver des solutions à des problématiques de croissance en entreprise.

Et si c’était utile pour vous ? On vous dit tout ici !

D’où vient le growth hacking ?

Comme beaucoup des techniques marketing, le growth hacking provient des États-Unis. Ce terme apparaît en 2010, il est inventé par Sean Ellis, CEO et fondateur du site GrowthHackers.com. Le growth hacking s’est beaucoup développé dans des startups, des entreprises dont l’objectif est de faire de la croissance rapide avec un minimum de ressources.

Il s’applique à tous les niveaux de l’entreprise. Il consiste à optimiser et automatiser tous les types de tâches pour faire mieux, aller plus vite et plus loin, que ce soit en commercial pour générer plus de leads et augmenter les revenus, sur les réseaux sociaux pour avoir une audience plus grande et plus engagée, en marketing pour utiliser des outils intelligents permettant de gagner en efficacité, en service après-vente pour améliorer la satisfaction client et la fidélisation, etc.  Aujourd’hui, le growth hacking n’est plus exclusif aux startups, il séduit également les moyennes & grandes entreprises qui cherchent à développer de nouveaux chantiers de croissance.

Parmi de nombreuses startups et entreprises, la messagerie Hotmail a été la première à utiliser cette stratégie sur le terrain. En effet, l’entreprise américaine a connu un démarrage difficile comme toutes entreprises à ses débuts, malgré des investissements publicitaires à hauteur de 300 000 €. C’est une simple petite phrase insérée à la fin de chaque email envoyé depuis Hotmail qui a changé la donne : «PS : i love you. Get you free email at hotmail.» En quelques jours, la croissance est fulgurante. 18 mois plus tard, ils ont 12 millions d’utilisateurs !

Comment faire du growth hacking ?

Pour faire du growth hacking, il n’y a pas d’outils types, parce que c’est avant tout une question de créativité. Il s’agit de trouver des solutions innovantes qui s’adaptent aux besoins de l’entreprise et qui permettent d’atteindre sa cible rapidement à moindre coût. Cependant, des tendances comme l’engagement progressif via le freemium ou la viralité reposant sur des techniques de social média ou de parrainage, sont courantes.

Voici 3 exemples de growth hacking utilisés par les entreprises :

Testez en version complète et achetez :

De nombreuses entreprises telles que Netflix, Amazon, Spotify ont utilisé cette technique pour obtenir de nouveaux clients en offrant gratuitement leurs produits et les laissant se vendre par eux-mêmes. Leurs stratégies sont basées sur une croyance : une fois le produit testé par le client, il ne pourra plus s’en passer ! 

Netflix par exemple, offre un mois d’accès gratuit à ses films et séries pour les nouveaux utilisateurs. Cette technique fonctionne aussi en BtoB. Elle permet aux utilisateurs de tester le produit avant de l’acheter. Il est alors beaucoup plus facile pour une entreprise de dépenser de l’argent pour une version complète une fois que le produit ou le service a intégré cette dernière.

L’invitation exclusive :

Cette technique de growth hacking s’inscrit dans la logique d’offre et de demande. Si on limite la disponibilité de l’offre d’un produit, la demande de ce dernier augmente. L’application Pinterest a utilisé cette technique de l’offre limitée à l’invitation exclusive. À ses débuts, cette application n’était utilisable que sur invitation. L’utilisateur était alors mis sur une liste d’attente pour pouvoir ensuite intégrer le réseau. Cela laisse donc penser qu’être membre de celui-ci est un honneur. L’élitisme est aussi une des manières d’attirer les utilisateurs. En France, le site Ventes Privées a utilisé cette technique à ses débuts.

Cette technique est également beaucoup pratiquée dans le domaine de la mode. En effet, grâce aux ses fameuses listes d’attentes exclusivement réservées aux clients VVIP, le sac Birkin d’Hermès est devenu un des sacs le plus connus et recherchés dans le monde.

La recommandation rémunérée :

C’est la technique du bouche-à-oreille qui permet non seulement d’accroître la réputation de l’entreprise, mais engendre aussi une recommandation faite par le client lui-même.

La société Deliveroo par exemple l’a intégré dans sa stratégie : lorsqu’un utilisateur teste le produit sur recommandation d’un autre utilisateur, tous les deux reçoivent une livraison gratuite pour leurs prochaines commandes.

Grâce au growth hacking, les sociétés de toutes tailles et de toutes activités peuvent booster leurs business d’une manière rapide et à coût maîtrisé. De plus, cela permet de garantir une visibilité et une présence optimale sur le web. 

Si vous êtes intéressé(e) par la stratégie du growth hacking et de ses techniques, et que vous souhaitez obtenir des conseils sur vos stratégies de développement de communication, vous pouvez contacter VCOMK.