Le taux de rebond pour Google Analytics
est mort, vive le taux d’engagement !

Nous y sommes ! Le moteur de recherche Google a choisi d’écarter le taux de rebond de l’interface Analytics au profit du taux d’engagement. Et c’est une excellente nouvelle, loin d’être la seule comme vous le découvrirez plus bas !

Pour le comprendre, concentrons-nous d’abord sur les raisons d’un tel changement. À quoi sert ce nouvel indicateur ? En quoi résident les différences entre « taux de rebond » et « taux d’engagement » ? On vous éclaire sur le sujet !

Le taux de rebond : qu’est-ce que c’est ?

Le taux de rebond vu par Analytics implique le fait qu’un seul tag (appel) ait été envoyé au serveur. Concrètement, il indique le pourcentage d’utilisateurs, à l’échelle du nombre total de visiteurs, qui consultent une seule et unique page, sur un site web ou une application, et qui ne réalisent aucune autre action (interaction). Il est consultable concernant le site dans sa globalité et par page sur une période donnée.

Cet indicateur phare avait été élaboré dans le but de mesurer la satisfaction des internautes en tenant compte, entre autres, du canal d’acquisition. Un taux de rebond faible était considéré comme un signal positif. Mais comme vous le verrez ci-dessous : dans la pratique, quelques subtilités subsistent….

Pourquoi un tel changement ?

Avant ce changement, étaient notamment visibles sur Analytics : le nombre d’utilisateurs, le nombre de sessions, le taux de rebond global, par canal et par page, ainsi que la durée d’une session. Ensemble ces données fournissaient une estimation du comportement de l’internaute. Mais alors pourquoi supprimer cette mesure nous diriez-vous !

Bien que la réflexion ait pris du temps, la réponse est simple. En plus d’une relative inutilité concernant les applications mobiles, plusieurs imprécisions propres au taux de rebond ont incité Google à le remplacer par une métrique qui prenne en compte davantage de paramètres.

Manque de précision du taux de rebond pour un site internet

Force est de constater que le taux de rebond pris seul n’est pas vraiment explicite. Utilisé en dehors de son contexte, il ne tient pas compte de l’objectif du site qu’il s’agisse d’un blog, d’un e-commerce, d’un site de presse, un site d’actus ou de services par exemple.

De plus, l’indicateur fait fi de la durée de la session. Que le visiteur reste 1 seconde ou 5 minutes sur une unique URI, la session vient grossir le taux de rebond, alors que la différence est notable côté intérêt !

Et le contenu dans tout cela ?

Un taux de rebond peut être influencé pour plusieurs raisons qui viennent impacter votre analyse : une requête mal formulée de la part de l’internaute, un manque de rapidité de chargement, un manque de cohérence entre les métadonnées affichées dans la page des résultats du moteur de recherche (SERP) avec le contenu du site, etc.

Paradoxalement, un bon contenu, comme un mauvais contenu, peut générer un taux de rebond élevé. Un contenu de bonne qualité apporte les réponses aux questions des internautes qui ne généreront pas forcément d’interaction supplémentaire, tandis qu’un contenu de mauvaise qualité décevra le visiteur qui repartira de sitôt !

C’est pourquoi lorsqu’on creuse un peu, on constate que ces données ne sont pas si lisibles et peuvent mener à des conclusions trompeuses et fausses représentations de l’intérêt réel des internautes pour tout administrateur qui ne procéderait pas à une analyse poussée.

Le taux d’engagement a détrôné le taux de rebond !

Le « bounce rate » n’est plus, le taux d’engagement l’a remplacé ! De même le « nombre de sessions » a laissé place à la mention « nouveaux utilisateurs ». Et chez VCOMK nous nous en réjouissons !

Qu’est-ce que le taux d’engagement vu par Google Analytics 4 ?

Le taux d’engagement correspond à la part de sessions qui ont suscité de l’engagement sur le nombre total de visiteurs. L’indicateur intègre maintenant les sessions qui ont duré plus de 10 secondes et/ou qui ont généré une action (événement). Pour rappel, Google Analytics considère comme événement le simple fait d’ouvrir une autre page, de cliquer sur un lien même sortant, ou encore le fait de visionner une vidéo, complètement comme partiellement.

Pour être considéré comme « engagé », l’utilisateur ne doit pas forcément aller jusqu’à l’achat ou le remplissage d’un formulaire. En règle générale, il sera considéré comme tel en amont dans le parcours utilisateur. Les deux événements que sont l’achat et le remplissage de formulaire peuvent être paramétrés pour entrer – en sus – dans le « taux de conversion ». Ce qui est d’ailleurs vivement recommandé selon la nature de votre site !

Une avancée majeure dans l’analyse des données

Si on le compare au taux de rebond, l’indicateur du taux d’engagement est plus apte à mesurer la qualité du trafic de votre site web. Les pages dont le contenu reste à améliorer pour garder l’attention sont mieux identifiées maintenant que le temps d’ouverture est lui aussi pris en compte.

De plus, il en découle une nouvelle mesure : celle de la durée d’engagement moyenne. Contrairement à la durée moyenne des sessions, la durée d’engagement moyenne tient compte du temps passé sur une seule et unique page ouverte dans l’onglet actif du navigateur. Il va de soi que si l’utilisateur laisse l’URI ouverte dans un onglet inactif le temps d’ouverture n’entre pas dans le calcul. En d’autres termes, si le visiteur dévore le contenu de la seule page visitée sur votre site, ce temps sera intégré au calcul. En mode « taux de rebond », il équivalait d’office à zéro.

GA4 et son nouvel horizon d’opportunités dans l’acquisition de trafic et sa transformation

Comme énoncé précédemment, de nouvelles données dans l’interface de Google Analytics 4 viennent étayer ce tout nouveau taux d’engagement. Celles-ci reposent sur le nombre de sessions engagées, le nombre de sessions engagées par utilisateur et le temps d’engagement. Il en ressort des éléments plus précis quant au trafic. Les données sont davantage exploitables pour tous les aspects du Web marketing. L’analyse se focalise sur la logique utilisateur.

Et ce n’est pas tout ! Les changements opérés sur Google Analytics 4 versus Google Analytics 3 ne se cantonnent pas à ce remplacement. Ils donnent lieu à une mine de nouvelles opportunités auxquelles d’autres viennent se greffer chaque mois. Autant dire que le pôle data de l’agence web à Nice VCOMK est en ébullition au vu de tant de nouvelles pistes à exploiter pour toujours plus de conversions. Nos experts en acquisition de trafic et en sa transformation sont là pour vous en livrer les clés.

N’attendez plus, contactez-nous !